Je suis inquiète en le laissant à l’école

Mardi, Gabriel a fait sa toute première rentrée des classes. Il est entré en Petite Section de Maternelle. Lui était surexcité et comptait les dodos jusqu’à la date fatidique. Moi j’angoissais un peu de cette beaucoup trop rapide évolution… Mais où est mon bébé ? J’ai accouché hier, non ?

Bref, tout s’est bien passé. Il n’a pas pleuré. Il était juste un peu inquiet en voyant certains des autres enfants pleurer. Mais je l’avais déjà prévenu de cette situation, donc ça ne l’a pas contaminé !

Il fait partie d’une classe mixte : petite et moyenne sections.
Il a une nouvelle maîtresse. Ce n’est pas une débutante, mais c’est aussi sa première rentrée dans cette école. Alors ça leur fait un point commun 😉

Ça ne fait que 3 jours, je devrais peut-être laisser le temps à la maîtresse de prendre ses marques mais je ne la trouve pas très dynamique, ni très patiente avec les enfants. L’atsem court dans tous les sens, et elle, elle est cool.
Les enfants qui pleurent leurs parents le matin, elle leur secoue le bras en disant chuuuuut. (Je précise que les enfants pleurent sans hurler, ils ne dérangent donc pas la classe)

De plus, Gabriel semble s’ennuyer. Il me raconte qu’ils restent longtemps dans la cour et que la maîtresse boit du café 😉
Ce matin, je ne travaillais pas. Je suis passée à plusieurs reprises devant l’école (qui est à 2 pas de chez moi) en voiture pour faire des courses, et en effet, les enfants étaient dans la cour à chaque fois et la maîtresse avait bien une tasse de café à la main 😉 lol Mon fils ne raconte pas tant que conneries que ça 😀
Mais bon, je sais que les enfants ne racontent jamais grand chose de leurs journées alors je me tranquillise un peu avec ça. Et puis, pour le moment, il n’y va que le matin…

 

Par contre, aujourd’hui j’ai eu une très mauvaise expérience qui m’a encore plus inquiétée.

Avant l’été, lorsque j’ai finalisé l’inscription de Gabriel à l’école, j’ai dû remplir tout un tas de documents avec mes coordonnées, les directives en cas d’urgence, les personnes autorisées à venir récupérer Gabriel, … Du classique quoi ! Je pensais que ces informations allaient servir…

Mardi, pour la rentrée, je suis donc allée à l ‘école accompagnée de ma mère qui sera la personne à aller chercher le plus régulièrement Gabriel pour la présenter à la maîtresse. Et j’ai prévenu ma mère qu’au début, elle devra amener sa carte d’identité avec elle.

Aujourd’hui, je ne travaillais pas. J’ai donc amené Gabriel à l’école et je suis allée le rechercher à 11h30.
Pour éviter la bousculade dans les couloirs étroits entre les différentes classes, les parents doivent passer par l’extérieur de l’école et attendre leurs enfants par la porte-fenêtre donnant sur la cour de récréation. Là, la maîtresse se tient à la porte et filtre la sortie des enfants. Elle les appelle un par un et leur demande s’ils reconnaissent quelqu’un dans la foule et les laisse s’échapper. Quid de la liste de noms ? Quid de la carte d’identité obligatoire ? Dans le troupeau d’adultes, il y avait une nounou qui venait pour la première fois et qui s’inquiétait de ne pas pouvoir repartir avec l’enfant qu’elle devait garder. Ben, non ! Puisque l’enfant l’a reconnue !

A ce moment précis, je commence à m’inquiéter…
Donc un enlèvement d’enfant ne se fait que par des étrangers, c’est bien connu !
Si l’enfant connaît la personne, il ne lui arrivera rien de mal !?!

Vous savez que je suis séparée. Et même si je n’ai pas de souci particulier avec le papa de Gabriel qui vit d’ailleurs loin, j’ai tout de suite pensé à ce cas particulier. Si un des 2 parents n’a pas le droit de garde et qu’il se présente à la sortie de l’école, son enfant va BIEN SÛR le reconnaître.
Mais le problème se pose avec n’importe quelle personne mal intentionnée !
Gabriel étant un enfant hyper sociable (il partirait avec n’importe qui), je m’inquiète d’autant plus !

Mais l’histoire de ce matin ne s’arrête malheureusement pas là !

Bref, ce midi, j’attends au milieu de la foule de parents. J’attends. J’attends. La maîtresse me regarde régulièrement et me sourit. J’attends. Je finis par être seule en face de la maîtresse qui continue à me regarder sans rien dire. Je me penche pour regarder l’intérieur de la classe. J’ai l’impression qu’elle est vide. Je lance alors à la maîtresse “Et Gabriel ?”. Tranquillement, elle me répond “et bien, il est parti à la cantine… pourquoi ? il n’y est pas inscrit ?”.
Ouai, donc mon trip de la matinée c’était de rester en face d’elle pendant 10 minutes à la fixer ? Ok, restons zen…

Pour information, l’école maternelle de mon fils ne possède pas de cantine. Les enfants sortent donc par une autre porte, à 11:30, accompagnés de leur atsem pour monter dans un car les conduisant vers une plus grande école. Je n’ai pas besoin de vous préciser que mon fils n’allant à l’école que le matin, il n’est pas inscrit à la cantine, et que je n’ai JAMAIS signé d’autorisation pour prendre le car.

J’essaye de contenir mon énervement. Il n’est pas en danger de mort. Il est encadré. Au pire, il mangera…
Bien sûr, si la maîtresse m’avait dit quelque chose au départ, j’aurai eu largement le temps de faire un sitting devant le bus pour l’empêcher de démarrer, plutôt que d’attendre comme une idiote pendant 10 minutes devant cette *µ$tain de porte !
Alors je dis “mais je fais quoi là ?”. Réponse “ben, vous allez le récupérer à l’autre école”.
(Respire, respire)
Bon, je ne perds pas de temps à m’énerver avec elle. Je récupère les affaires de Gabriel et je pars en courant (ben oui, j’avais pas prévu de faire un long trajet et j’étais venu à pieds) en direction de l’autre école. Sur le chemin j’appelle ma mère, pour qu’elle vienne me retrouver en voiture à l’autre école. On arrive en même temps. J’appelle une jeune femme qui surveille des enfants dans la cour pour lui expliquer mon problème.
Elle ne semble pas plus étonnée que ça par la situation et m’indique l’emplacement de la cantine en me conseillant de prendre la voiture. Arrivée là-bas, elle m’informe que je devrais faire signe au personnel de cantine car le portail sera fermé à clef.
Je m’exécute. Comme elle me l’avait dit, une dame sort de la cantine et, sans avoir le temps d’ouvrir la bouche, la personne comprend qu’il y a eu une erreur et me demande juste le nom de l’enfant, sans aucune autre précision. Deux minutes plus tard, elle revient avec Gabriel, ouvre le portail et me le laisse. Elle ne connaît toujours pas mon identité. D’ailleurs, Gabriel qui avait bien apprécié la balade en car et le “restaurant des enfants” faisait un peu la tête en constatant que je venais le récupérer. Il n’était donc pas super heureux de venir avec moi et n’a prononcé aucun mot. J’ai eu la drôle de sensation de kidnapper mon propre enfant.
La dame de la cantine est aussitôt repartie. En quelques secondes, Gabriel était installé dans la voiture de ma mère et nous démarrions pour rentrer à la maison.

J’aurais pu être n’importe qui.
J’aurais pu être un parent voulant récupérer un enfant dont il n’a pas la garde.
J’aurais pu être une personne de notre entourage connaissant un tout petit eu Gabriel mais aux intentions mauvaises.
J’aurais pu être un inconnu voulant juste kidnapper mon joli petit garçon.
N’importe qui.

OK je suis un femme, j’ai la trentaine, je suis blonde au carré bien lisse.
Et alors ? Ca fait de moi une personne fiable ?

Je suis hors de moi.
Je vais demander un rendez-vous avec la directrice de l’école. Mais est-ce que ça sera utile ?

Rendez-vous sur Hellocoton !